top of page

À Concarneau, pour la CGT des marins, « hors de question de sacrifier la pêche pour l’éolien »,

Le Télégramme


La CGT marins monte à son tour au créneau sur le dossier de l’éolien en mer. Pour le syndicat, « hors de question d’aller plus loin sans l’aval des pêcheurs ».

Le projet d’implantation de parcs éoliens en mer continue de susciter l’inquiétude parmi les pêcheurs bretons et leurs représentants, syndicats et comité des pêches y compris. Après les comités régionaux des pêches de Bretagne et de Loire-Atlantique qui entendent poser des conditions pour leur installation afin de ne pas compromettre la filière pêche, c’est au tour du syndicat CGT des marins de Concarneau d’interpeller.

« La cartographie de l’implantation des sites éoliens en mer n’est pas encore définitive mais la profession commence à réagir, explique Yves L’Helgoualc’h secrétaire du syndicat CGT des marins de Concarneau. Pour nous il est hors de question de sacrifier les pêches maritimes au bénéfice de ces futures implantations. Ces dernières années, étape par étape, on a poursuivi le sabordage des pêches françaises. Le port de Concarneau, en est l’exemple même ».

Et de citer la perte du chalutage de fond, et donc « la pêche au large » ; la situation catastrophique de la pêche au thon tropical. « Et maintenant la pêche côtière. Quand on regarde les premiers plans d’implantations possibles des parcs éoliens en mer, c’est plus qu’inquiétant car les zones langoustinières seraient directement impactées ». Notamment la grande vasière du golfe de Gascogne. Et de s’aligner sur « les comités régionaux de Loire-Atlantique et de Bretagne qui demandent qu’il n’y ait pas d’éoliennes à moins de 150 mètres de profondeur ». Une zone où se pêche la langoustine et « où tous les bateaux côtiers d’ici travaillent ».

Comments


bottom of page