top of page

Déplacement entre Auray et Quiberon: Le train plébiscité


La consultation des habitants et des usagers de l’axe de déplacement entre Auray et Quiberon a mobilisé 3 800 personnes. La majorité des participants a manifesté la volonté de conserver et valoriser le train.


Plus de la moitié (53 %) des 3 800 personnes qui ont répondu au questionnaire sur l’axe Auray-Quiberon, mis en ligne par la communauté de communes Auray-Quiberon Terre Atlantique (Aqta), demande que le scénario valorisant le train soit privilégié.

Par cet avis, ils suggèrent aux acteurs de la compétence « mobilité » (la Région, l’État et Aqta) d’optimiser le scénario ferroviaire en faisant fonctionner le train sur une période plus large avant et après la saison estivale, sur une amplitude horaire élargie, pour correspondre notamment aux horaires de travail. Ils attendent une fréquence plus importante l’été, mais aussi l’aménagement de parkings relais en amont de la presqu’île, une tarification plus spécifique pour les familles et les courtes distances et, par ailleurs, une motorisation moins polluante.

Ce dossier concernant la mobilité, Aqta en a fait une priorité pour le développement de son territoire, se donnant « pour objectif de fluidifier le trafic entre Auray et Quiberon ».


Plusieurs dizaines de millions d’euros

Le plan d’action doit maintenant être finalisé d’ici la fin de l’année 2022. Il s’agit de la troisième phase qui va se jouer entre la Région, l’État et Aqta. Aqta précise qu’il s’agit de valider et d’approfondir le « scénario répondant le mieux aux besoins, et à son dimensionnement sur les plans techniques, environnementaux, juridiques et financiers. En effet, les investissements nécessaires pour rénover la voie seront très importants, de l’ordre de plusieurs dizaines de millions d’euros. Un financement partenarial devra être recherché pour mener à son terme l’ambition d’une offre ferroviaire élargie ».


Un scénario privilégié parmi trois

La concertation sur la mobilité entre Auray et Quiberon s’est faite à travers le questionnaire, mais également au cours d’ateliers réunissant, cet automne, les usagers de cet axe, des habitants, des résidents secondaires, des visiteurs et des acteurs économiques. 50 % des participants à la consultation en ligne étaient des résidents à l’année, 30 % des résidents secondaires, 16 % des visiteurs occasionnels et 4 % des étudiants et des professionnels demeurant en dehors du territoire. À travers leurs choix, les participants ont exprimé le souhait de maintenir le ferroviaire, en concurrence avec un scénario proposant une évolution vers le tram-train et celui basé sur une voie dédiée aux transports collectif routier.

Commentaires


bottom of page