top of page

Le combat contre les éoliennes flottantes continue


Après les propos d’Emmanuel Macron, le 10 février, sur les éoliennes, une association de Saint-Pierre-Quiberon, opposée au projet de parc éolien au large de Groix et Belle-Île, réagit.

« Non aux éoliennes qui défigurent nos côtes classées », clame la Fédération de protection et d’aménagement de la Baie de Quiberon, des Îles et du Grand site dunaire qui réunie des associations de Belle-Île, Groix et de la presqu’île de Quiberon. Depuis près de deux ans, elle réaffirme avec détermination l’opposition totale à la décision de l’État d’implanter un parc d’éoliennes flottantes entre Groix et Belle-Île. La Fédération réitère sa demande de révision du projet gouvernemental afin que les 63 éoliennes flottantes de plus de 260 m de haut soient installées hors de vue des côtes insulaires et continentales : « Notre demande est conforme aux possibilités offertes par la technologie de l’éolien flottant, insiste Noëlle Bonnetain, la présidente. Des études d’impact sérieuses, indépendantes et préalables doivent être réalisées ».

« Transformer le projet actuel »

« Personne ne souhaite voir des paysages remarquables ou des sites classés abîmés par de grandes pales blanches », a déclaré Emmanuel Macron, à Belfort, le 10 février. Sur ces propos, la fédération veut pointer les oppositions croissantes de la population face à de nouveaux projets éoliens industriels terrestres et offshore : « Ils sont imposés sans véritable concertation. C’est aussi le cas de ce projet en Bretagne Sud, ajoute la présidente. Nous voulons agir pour transformer le projet actuel qui porte atteinte à l’intégrité de nos paysages remarquables en projet exemplaire, éloigné des côtes et respectueux de la nature ».

bottom of page