top of page

Parc éolien flottant relié à Erdeven, la fédération évoque « Le scénario de la catastrophe »

Télégramme du 18 avril 2023

Le projet d’éoliennes au large de Groix et Belle-Ile.

Le projet d’éoliennes au large de Groix et Belle-Ile. (Image : Naval Énergies)

Noëlle Bonnetain, représentant les associations opposées à l’actuel projet de Parc éolien flottant en Bretagne sud, réagit à la suite de l’annonce du choix de son raccord qui se fera à Erdeven.

Suite à la dernière réunion de concertation en préfecture de Vannes, mercredi 12 avril, concernant les raccordements maritimes et terrestres en zone A des parcs éoliens flottants de Bretagne sud, la fédération des associations de protection de la baie de Quiberon, des Iles et du Grand site dunaire, réaffirme son opposition, « non aux éoliennes, mais au projet tel qu’il se présente aujourd’hui ».

« Toutes les décisions ont été prises par l’État, sans véritable concertation », regrette la fédération, qui poursuit : « Qu’il s’agisse des maires de Belle-Île-en-Mer, du littoral de Gâvres à Quiberon, du Conseil départemental, du député de notre circonscription, des associations locales et la population, tous demandaient une implantation en ZEE, plus loin des côtes afin de préserver la beauté, la spécificité et le caractère de nos paysages et des horizons maritimes bretons exceptionnels ».

À lire sur le sujet

La localisation du futur parc éolien de Bretagne-Sud dévoilée

« Aucune étude réalisée sur d’autre zones »

Dénonçant la présentation de la macrozone en 2020, le périmètre déterminé par Mme Pompili en mai 2021 et la localisation décidée en septembre 2022 par Mme Pannier-Runacher et Hervé Berville, la présidente de la fédération, Noëlle Bonnetain, s’insurge : « Que dire de la décision de l’implantation du raccordement ? Celle-ci étant présentée comme le seul possible, alors qu’aucune étude détaillée n’a été réalisée sur d’autre zones ».

Pour la fédération, c’est « le scénario de la catastrophe ! » et ajoute : « La localisation du poste électrique en mer a été déterminée d’après des enjeux économiques et sans prendre en compte les enjeux environnementaux ».

« Le projet d’éoliennes flottantes de Bretagne sud ne répond pas aux exigences d’une transition écologique respectueuse des paysages remarquables et de l’environnement ».

Pour le raccordement terrestre, à Kerhillio, en plein cordon dunaire labellisé grand site de France, zone naturelle fragile et protégée, la présidente évoque la richesse de la biodiversité et ajoute : « Nous sommes favorables aux énergies marines renouvelables, mais nous contestons et continuerons à contester le projet d’éoliennes flottantes de Bretagne sud qui ne répond pas aux exigences d’une transition écologique respectueuse des paysages remarquables et de l’environnement ».


bottom of page