top of page

COMMUNIQUE DE PRESSE POLLUTIONS DES EAUX DE BAIGNADE


La Fédération de protection et d’aménagement de la baie de Quiberon alerte le Préfet, le Président d’AQTA ainsi que les maires de Saint-Pierre-Quiberon et de Quiberon sur les problèmes de santé publique provoquées par la pollution des eaux de baignade à Saint-Pierre-Quiberon durant l’été 2023 :

Durant le mois d’août 2023, de nombreuses pollutions microbiologiques dues notamment à la présence dans les eaux de baignade de streptocoques et entérocoques fécaux, de bactéries escherichia coli ont donné lieu à des interdictions de baignade et de pêche à pied de loisirs sur toutes les plages de la baie à Saint-Pierre-Quiberon et même sur la côte ouest, comme le montre la liste non exhaustive des arrêtés municipaux émis suite à des analyses effectuées par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

- Arrêté municipal n° 234/2023 du 4/08/2023 interdisant la pêche de loisirs et le ramassage de coquillages sur la plage de Penthièvre-baie

- Arrêté municipal n° 2023-235 du 4/08/2023 interdisant la baignade et la pêche de loisirs sur la plage de Kéraude

- Arrêté municipal n° 2023-236 du 5/08/2023 interdisant la baignade et la pêche de loisirs sur les plages du Pouladen

- Arrêté municipal n° 2023-255 du 24/08/2023 pour maintien de l’interdiction de baignade et pêche de loisirs sur les plages de Kéraude et Kermahé

- Arrêté municipal n° 2023-262 du 1/09/2023 interdisant la baignade et la pêche de loisirs sur la plage de Kerhostin

- Arrêté municipal n° 2023-264 du 6/09/2023 levant l’interdiction de baignade et de pêche récréative sur les plages de Kerhostin, Kerbourgnec et le Fozo.

Pour les plages de Kéraude et Kermahé, il s’agissait d’une panne d’un poste de relevage dont les débordements ont permis aux eaux usées de se déverser dans la mer. La mairie fait actuellement l’étude des causes des autres pollutions.

Ces pollutions sont récurrentes et se sont même aggravées en 2023, malgré le plan Marshall lancé par AQTA en février 2023 sur la commune pour la modification du schéma hydraulique du système d’assainissement des eaux usées (postes de relevage de Port d’Orange, de Kerbourgnec et du Parco) et dont les travaux sont toujours en cours.

Des pollutions des eaux de baignade ont également eu lieu à Quiberon.

Les infrastructures de la presqu’île, sous-dimensionnées et souvent en mauvais état donc défectueuses, ne peuvent répondre aux besoins d’une hyper-fréquentation touristique qui augmente d’année en année, mettant ainsi en danger la santé et le bien-être de la population.

La station d’épuration de Quiberon donnée pour une capacité de 60 000 équivalents/habitants depuis les travaux effectués en 2022, se révèle insuffisante, ainsi que les réseaux d’assainissement en général, car ce nombre est largement dépassé dans la presqu’île en saison estivale, en particulier en août.

Notons également qu’en ce qui concerne les eaux pluviales, qui ne sont ni stockées ni traitées, comme souligné dans les annexes sanitaires du PLU de Saint-Pierre-Quiberon, certains secteurs ne disposant pas ou peu d’équipements, les eaux ruissellent sur la voirie avant d’aboutir à l’exutoire (souvent des fossés de voirie), que les réseaux existants ne sont pas dimensionnés pour évacuer les débits de pointe pluviale et sont souvent posés à faible profondeur. Les opérations plus récentes sont équipées de réseaux de diamètres plus importants mais souvent raccordés sur les équipements de faible capacité existants.

Nous avons aussi à déplorer une pollution aux particules fines, entretenue par une circulation automobile extrêmement dense et des embouteillages quotidiens dans la presqu’île mettant en danger les personnes fragiles (cf. arrêté préfectoral n° 2023-09-125)

Il serait donc judicieux pour chaque commune du littoral ou pour les territoires tels que la presqu’île de Quiberon, de définir un seuil d’acceptabilité pour la fréquentation touristique estivale.

Par ailleurs, les projets immobiliers déjà réalisés en 2022-2023 ou en cours de construction ou prévus pour 2024-2025 représentent par exemple pour la seule commune de Saint-Pierre-Quiberon plus de 200 logements supplémentaires pour des infrastructures inadaptées (assainissement, eaux pluviales, alimentation en eau potable, circulation automobile).

Une occupation importante (illégale ?) par des caravanes installées sur la dune grise, très près de la mer durant l’été à Plouharnel a probablement contribué aussi à aggraver cette pollution.

Compte-tenu des éléments exposés ci-dessus et des maladies engendrées par ces pollutions, nous demandons, afin d’éviter que ces dysfonctionnements graves se reproduisent et même s’aggravent en fonction de l’augmentation prévisible de la population estivale, mettant à nouveau en danger la santé de la population :

- Que les résultats de l’étude confiée aux mairies pour déterminer les causes de toutes les pollutions des eaux de baignade soient rendus publiques,

- Qu’une enquête médicale soit réalisée sur les troubles et maladies causés par ces pollutions durant l’été 2023,

- Que les prélèvements et analyses effectués par l’ARS soient plus fréquents et systématiques en juin, juillet, août et septembre et soient publiés sans délai sur les sites internet des communes sous forme d’alerte,

- Que des mesures soient rapidement mises en oeuvre pour la remise en état et le dimensionnement adéquat des réseaux d’assainissement des eaux usées et pour la réalisation des réseaux d’eaux pluviales pour répondre à une fréquentation bien supérieure à 60 000 personnes dans la presqu’île en période estivale,

- Que le camping caravaning (interdit en zone Nds par la commune) et toléré durant l’été en zones A et N fasse l’objet d’un contrôle de l’assainissement et d’une règlementation,

- Que les autorisations d’urbanisme soient suspendues dans l’attente de la réalisation d’infrastructures suffisamment dimensionnées.

Noëlle Bonnetain

Présidente de la Fédération

bottom of page